Le retour des grands discours

 

20 septembre 2010
Actualité

Le retour des grands discours

Les discours qui ont marqué l’Histoire

Partagez :

« Ces textes font partie de la mémoire collective, à tel point que leur lecture s’accompagne inévitablement d’une résonance sonore. On lit, et on entend l’orateur haranguer la foule, on marque les intonations, on rêve avec Martin Luther King, on plaide avec Badinter, on rassemble avec De Gaulle, on s’enthousiaste avec Obama… »

Le Point


Il y a des discours qui marquent à jamais l’Histoire. Annonciateurs d’un vent de modernité ou de la fin d’une époque, fondateurs de mouvements de lutte ou de résistance, ils restent aujourd’hui des moments uniques inscrits dans notre mémoire collective. La collection « Les Grands discours », qui les met à l’honneur, revient avec quatre nouveautés le 23 septembre. Au fil des mots choisis par ces hommes et femmes de conviction, au fil des images d’archives précieusement conservées, les lecteurs d’aujourd’hui deviennent les auditeurs d’autrefois, foule portée par ces allocutions historiques décidant de leur avenir.

Les grandes démissions

 

                     Je démissionne de la présidence      De Gaulle      Gorbatchev

                                                                                                                                 © White House Photo Office


Trois chefs d’Etats démissionnent avec fracas. Contraints de renoncer à leurs mandats à une période charnière de l’Histoire, Richard Nixon et Mikhaïl Gorbatchev font un bilan de leur présidence écourtée et se tournent vers l’avenir. Charles de Gaulle, lui, laisse libre court à son amertume dans un discours prévu pour le 20 janvier 1946 à l’Assemblée nationale et qui ne sera jamais prononcé. Diffusé finalement sous forme de tract, c’est un document quasi-introuvable aujourd’hui.

 

Démission Nixon

© Ollie Atkins, White House Photographe

Nixon démissionne :

 

 

Contre la tyrannie

      No pasaran                        Dolores Ibarruri      Victo Hugo     

           © Nemo, Creative Commons Attribution ShareAlike 3.0 © Comte Stanisław Julian Ostroróg dit WALERY

Aux heures les plus sombres de l’Histoire, des voix s’élèvent contre le fascisme, la dictature et la tyrannie. « No pasarán ! » s’exclame Dolorès Ibárruri le jour où Franco prend le pouvoir en Espagne, dans un discours qui est resté un symbole de la lutte contre l’extrême-droite. Salvador Allende, lui, invite le peuple à se défendre contre le coup d’État de Pinochet, dans une allocution radio qu’il prononce quelques heures avant de se donner la mort. Victor Hugo, enfin, dirige une attaque lyrique et violente contre Napoléon III et sa politique terroriste, alors qu’il vit en exil à Jersey.

Salvador Allende

© Revista Argentina "Siete días ilustrados"


Ecoutez les derniers mots de Salvador Allende :

 

 

Femmes en politiques



     Citoyennes, armons-nous                   Théroigne de Méricourt                 Georges Sand           

                                                                 © Antoine Vestier                    © Auguste Charpentier

 

Elisabeth Guigou

© Guillaume Paumier, Creative Commons Attribution-Share Alike 2.5 Generic


Ces trois discours retracent l’histoire du féminisme et l’évolution du statut des femmes sur deux siècles. En 1792, Théroigne de Méricourt, grande figure de la Révolution française, appelle les femmes à lutter aux côtés des hommes dans l’un des premiers grands discours féministes de notre histoire. En 1848, George Sand s’interroge sur le droit de vote des femmes, enjeu majeur de son siècle. Pour l’écrivain, ce droit ne sert à rien si la société n’est pas transformée en profondeur. Un siècle et demi plus tard, en 1998, Elisabeth Guigou lui donne raison : constatant que l’égalité promise dans la loi n’est pas acquise dans les faits, elle défend devant l’Assemblée nationale l’idée de la parité.

Le colonialisme

 

Africains, levons-nous                    Jules Ferry                    Sékou Touré 

                                                                                                                  © A1C William Firaneck

En 1885, Jules Ferry défend à la Chambre des députés le « devoir de civiliser » des races « supérieures » : coloniser pour aider les peuples « inférieurs » à s’élever. Le 22 mars 1959, Patrice Lumumba, héros national congolais, appelle au rassemblement des peuples africains dans le combat contre le colonialisme, poursuivant les idées développées un an plus tôt par Sékou Touré, premier Président de la République de Guinée, dans son appel à l’ « épanouissement des valeurs de l’Afrique. » Les voix africaines se lèvent contre le colonialisme européen, annonçant l’indépendance d’un continent en marche vers sa liberté.

 

Patrice Lumumba

© Collection IISG, Creative Commons Attribution 2.5 Generic

Ecoutez la proclamation d’indépendance du Congo par Patrice Lumumba, le 30 juin 1960 :

 

 

Pour aller plus loin

Le Roman du mariage - Extrait audio

Prix du meilleur polar des lecteurs de points 2014

 

 

 

Prix du meilleur roman des lecteurs de Points

Donnez votre avis!


Vous avez des avis, remarques, ou des envies pour améliorer notre nouveau site Lecerclepoints.com ?

 

Contactez-nous