Les Veilleurs de Vincent Message

8,95€ // 768 pages
Paru le 02/09/2010
EAN : 9782757819616

Les Veilleurs

Vincent Message

Littérature

Partagez :

Oscar Nexus, veilleur de nuit marginal, tue trois personnes dans la rue, puis s’endort sur les cadavres. Interné dans une clinique, il affirme avoir sauvé le monde. Son médecin, Joachim Traumfreund, fait une fascinante découverte : chaque nuit, Oscar reprend le même Grand Rêve. Pour comprendre le mobile des crimes, il s’immerge dans cet univers onirique où Nexus mène une véritable vie parallèle.


Né en 1983 à Paris, Vincent Message a fait des études de lettres et de sciences humaines. Après avoir vécu à Berlin et New York, il enseigne aujourd’hui la littérature à Paris. Les Veilleurs est son premier roman.


« Ce livre a du souffle et vibre de littérature. »

Le Monde


Prix Laurent-Bonelli 2009

Tous les titres du même auteur
 

Commentaires

31 août 2010
Joël COYNAULT

J'ai apprécié ce livre, qui marque, probablement les débuts d'un grand écrivain, qui nous offre un roman très littéraire. Sans reprendre la 4 ème de couverture, je dirai qu'un homme a commis un triple meurtre et s'est endormi sur ses victimes. Un psychiatre et un policier tentent de découvrir les mobiles de l'assassin. Vincent MESSAGE nous entraîne dans les méandres de la personnalité, aux frontières de la folie, des rêves, et du sommeil, dans l'univers des fabulateurs, des mythomanes. Le lecteur oscille, parfois se perd un peu, entre des mondes réels et imaginaires. Pendant, toute la lecture de ce livre je me suis posé des questions, j'ai été intrigué, parfois inquiet, quelquefois soulagé, mais toujours captivé, entraîné dans l'univers de l'auteur, avec de nombreux passages que j'ai trouvés sublimes, autant, par ce qui est écrit, que par le style. L'auteur flirte avec la science fiction, l'annexe de la clinique, qui aurait pu être décrite par SARTRE, tient du vaisseau fantôme et de la station spatiale. En plus du thème principal, la place de l'imaginaire dans la société contemporaine, il en aborde de nombreux autres tel que la création divine et la théorie de l'évolution, la guerre, la tolérance, la pollution à l'échelle planétaire, l'avancée des déserts... et de petites touches de fleurets sur les médias, la sécurité, les philosophes.... Il émaille son écriture de quelques savoureux néologismes tel que 'Avocacteurs, Stradivarier ", de deux doigts de poésie " le brouillard, que de son petit nom, on appelle matinal... "et d'un clin d'œil, à la personne à qui il dédie le livre : Cloé, "  Elle travaillait sur l'histoire des migrations, vous avez bien. " Un bon et fort roman, que je résume avec une phrase qui en est extraite : " Une fois que l'on a admis cela, le mur que vous tentez d'ériger entre réel et imaginaire, pour empêcher les contagions... il s'écroule comme un château de sable "