A la trace de Deon Meyer

8,95€ // 744 pages
Paru le 17/05/2013
EAN : 9782757833834

A la trace

Deon Meyer

Policiers, thrillers & romans noirs

Partagez :

L'Afrique du Sud est un labyrinthe dangereux où se perdent les traces des plus redoutables prédateurs. Il faut des hommes sauvages comme Lemmer pour espérer s'en sortir. Un trafic de rhinocéros noirs le conduit sur la piste d'un trafic international, mettant en jeu Al-Qaïda. Sa route croise celle de l'ancien policier Mat Joubert, de l'innocente Milla. Tous sont traqués par plus menaçants qu'eux et leurs destins vont se mêler en un inextricable puzzle.


Né en 1958 en Afrique du Sud, Deon Meyer est l'auteur des Soldats de l'aube, Grand Prix de littérature policière. A la trace a été reconnu comme l'un de ses romans les plus ambitieux et des plus aboutis.


"On verrait bien Deon Meyer dans le panthéon qui abrite déjà Mankell et Le Carré."

Le Point

Tous les titres du même auteur
 

Commentaires

8 juillet 2017
Michel L.

Deon Meyer , mon idole , mon maître tout simplement ! Comme Connelly , j'attends ses livres et je les dévore ... C'est mon plaisir absolu quoi !

9 novembre 2013
Delphine

Je découvre Meyer avec ce livre et j'y trouve un auteur qui ficelle magnifiquement de complexes intrigues. Cette intrigue-ci est palpitante, bien maîtrisée, originale. On se laisse mener par le bout du nez en suivant des personnages attachants. A lire.

22 octobre 2013
Aya Kasasa

Quel bonheur de retrouver des protagonistes rencontrés dans les romans précédents. On les découvre autrement, nouvelles facettes, autres profondeurs. Profondeur, pour les diverses dimensions du roman: personnages, points de vues, histoire, culture, politique et tout simplement...sentiments. L'Afrique du sud aujourd'hui, mais pas seulement, des questions essentielles sur la marche du monde aussi. J'ai adoré.

13 octobre 2013
pierre alain veau

La rencontre improblable d'une femme trompée, mère perdue, d'un vrai dur garde du corps privé, d'une vétérinaire pisteuse spécialiste des armes, d'une bande de voleurs, d'un mouvement djihadiste autour du transport d'un rhinocéros, porteur de diamants. Il faut le faire! Déon Meyer l'a fait et c'est excellent!

11 octobre 2013
Oihana Olazcuaga

Trois personnages, trois tranches de vie.
Il y a Milla, qui a le courage de plaquer son insupportable fils et son redoutable mari, et qui est embauchée par une agence de renseignements.
Il y a Mat Joubert, détective privé, qui enquête sur l'étrange disparition d'un mari pas toujours honnête.
Et il y a Lemmer, garde du corps, chargé de protéger le transfert de deux rhinocéros, et qui se retrouve à traquer des trafiquants.
Trois tranches de vie, qui vont s'entrecroiser tout au long de ces 700 pages. Et justement, des croisements, il y en a fort peu : on lit trois histoires se déroulant au même moment, au même endroit, mais aucune n'est jamais totalement éclairée, bouclée, terminée. Cette expectative n'est pas désagréable, bien au contraire, mais peut s'avérer un peu déroutante. Pour autant, le roman est palpitant : on se prend au jeu, on cherche les indices, on se demande quand et comment les personnages seront en contact. L'auteur dresse un portrait très vivant de la cité du Cap : c'est romanesque à souhait, plein de rebondissements, et le suspens est au rendez-vous.
En somme, on passe un bon moment de lecture avec A la trace, même s'il présente trois histoires parallèles plutôt qu'une seule complète.

13 septembre 2013
Sophie Gauthier

Grand, très grand Déon Meyer ! Dans "A la trace" le lecteur retrouve des personnages déjà croisés dans les romans précédents et c'est un plaisir que de les suivre ainsi en mesurant leur évolution.
L'auteur prouve sa maîtrise dans cette construction labyrinthique, qui reflète si bien la situation inextricable dans laquelle est plongée l'Afrique du Sud.
Tout est signifiant sans être pesant dans ce roman : les changements de style, de genre, de registre, le titre, l'intrigue... C'est absolument passionnant sans que jamais l'aspect purement policier soit laissé de côté.
Vous l'aurez compris : j'ai beaucoup,beaucoup aimé !

20 août 2013
René MOREAU

Je découvre avec bonheur Deon Meyer, dans un livre certes long mais très bien construit et intrigant. Il lui manque cependant un épilogue où tous les personnages se retrouvent, après avoir eu leur propre vie dans chacun des livres. J'aime particulièrement le livre 2, avec une intrigue liée au trafic d'animaux sauvages.
Ca se lit bien, c'est fluide et l'intrigue s'épaissit au fil des pages.

8 août 2013
galmiche caroline

Je ne connaissais cet auteur que de nom;peut-être est-ce la raison pour laquelle j'ai eu du mal à m'y retrouver parmi cette multitude de personnages.Je n'ai pas accroché à ce roman qui me parait regrouper plusieurs livres,malgré l'écriture habile.Je me suis sentie perdue,n'ai pas tout compris,mais je pense que je dois vraiment lire de nouveau ce livre pour en comprendre l'essence des acteurs,les diverses trames qui se croisent,s'éloignent pour mieux se regrouper.Certainement un bon livre pour qui a les références de Déon Meyer.

5 août 2013
Stéphane Guinot

Le livre se découpe en trois parties et mélange les genres de façon très réussie : espionnage pour la première partie, aventure pour la deuxième et enquête policière pour la troisième. L'histoire est bien rythmée. A aucun moment on ne s'ennuie. Le livre fait pourtant plus de 700 pages mais on a toujours envie de continuer. Il se passe toujours quelque chose. Autre chose remarquable : les personnages principaux sont physiquement et psychologiquement très bien dépeints, ce qui est essentiel dans un polar, et l'auteur parvient à nous les rendre attachants. Deon Meyer nous plonge également parfaitement dans la société sud-africaine. Le livre est épais mais n'est pas long à lire. Aucune lourdeur à signaler. Les trois parties pourtant si différentes s'imbriquent parfaitement à la fin. Seul petit bémol : pendant la majeure partie du livre, on suit le travail d'un groupe d'espions qu'on abandonne totalement en cours d'ouvrage... Mais nous n'allons pas bouder notre plaisir ! Avec ce polar de Deon Meyer, nous avons la quantité et la qualité !

31 juillet 2013
SOCIAS

Au fil de ses romans, Deon Meyer s'impose comme l'un des auteurs majeurs du polar contemporain, faisant de sa spécificité sud africaine une valeur sure au box office littéraire.
Moins qu'une part d'exotisme pouvant séduire de prime abord les lecteurs occidentaux, ce qu'il apporte à ses derniers, c'est sa profonde connaissance des rouages d'une société très particulière, dont on connait les grandes lignes historiques vues de France mais dont on saisit mal les évolutions depuis la fin de l'Apartheid et son ouverture à un capitalisme ne faisant que creuser la fracture sociale déjà passablement ouverte là bas entre les différentes composantes ethniques du pays.
Avec "A la Trace" (parue chez Points), il entreprend de croiser des récits apparemment disparates sur plus de 700 pages, tissant plus qu'habilement sa toile pour nous attraper dès l'entame et ne plus nous lâcher jusqu'au dénouement final. Entre un roman d'espionnage largement digne de John Le Carré, une expédition visant à importer clandestinement des rhinocéros tournant au carnage et la disparition mystérieuse d'un contrôleur d'une société de transports urbains remettant en selle Mat Joubert l'un de ses flics fétiches devenu enquêteur privé, Meyer convoque une galerie de personnages extrêmement variés.
Flics sur le retour, baroudeurs tout terrain, gangs sans pitié et officines gouvernementales en concurrence ouverte avec la CIA, ces personnages interlopes se croisent et se rejoignent à la lisière de la légalité pour converger vers un big bang final. Mais contrairement à ce que l'on pourrait trop rapidement s'imaginer, Deon Meyer n'est pas spécifiquement un auteur pour lecteurs mâles en mal de testostérone. Non seulement il soigne son style et entretient comme bien peu un suspens constant à plusieurs niveaux mais encore parvient il à donner corps à des personnages féminins de premier ordre, telle cette quadragénaire désireuse de s'accorder un nouveau départ et qui se retrouve entrainée bien malgré elle dans une aventure mortelle aux enjeux la dépassant totalement.
Recrutée par les renseignements généraux sud africains, elle passe fortuitement de l'autre côté du miroir, quittant son bureau tranquille pour se lancer par amour dans la fosse aux serpents. A la fois polar haletant et cours de géopolitique africaine rivalisant avec ceux d'Henning Mankell (on pense à son Chinois par exemple), ce roman le place une fois de plus très haut dans la galaxie des maitres du roman noir. Dont il est sans conteste, l'un des plus doués de sa génération et dont on attend désormais avec impatience chaque nouvelle création.

29 juillet 2013
josette Delmas

A la trace...
je suis à la recherche de tous les morceaux de puzzle qui m'auraient permis d'apprécier ce gros pavé de plus de 700 pages de Deon Meyer... Les 4 livres livrent chacun "une" histoire bien compliquée tant policière que politique ; je suis déçue par le livre 1 et 3 beaucoup trop descriptif et lourds ; trop de personnages dans trop de situations différentes tuent l'histoire et son essence.
Les 2 autres parties du roman : livres 2 et 4 sont remarquables ; j'en ai apprécié la finesse, l'intelligence de l'intrigue tenue par des personnages parfois naïfs, violents, indifférents, entiers, atypiques ; le lecteur est entrainé dans une course effrénée entre rhinocéros noirs, hyène brune, diamants, trafics, chasse "à l'homme", mensonges, stratégies de toutes sortes.
Un livre assez surprenant en définitive que je n'ai pas apprécié ou pas su apprécier.
Certes une belle écriture consolide une trame où j'ai laissé de côté tous les morceaux de puzzle que je ne savais pas rapprocher.

josette Delmas

15 juillet 2013
Matthieu DUBOIS

Et voici le cinquième ouvrage de la sélection des éditions Points. Un polar sud-africain...Diantre, fichtre!! 730 pages, un sacré pavé. Monsieur Meyer nous livre un roman-fleuve plein de vérité, une radiographie de l'Afrique du Sud encore hantée par les fantômes de l'Apartheid. A la place de ce régime ségrégationniste, le pays est maintenant le théâtre d' une violence terrible, le creuset fétide d'une véritable banalisation du mal.
Raconté par trois voies différentes (Milla Strachan, Lemmer et Mat Joubert), le récit apparaît parfois comme si il y avait trois histoires distinctes, nécessitant, de ce fait, une attention soutenue pour comprendre tous les enjeux de ce roman complexe dans sa forme et dans son fond.
Le Livre 1 est une histoire d'espionnage. On suit pas à pas le parcours de Milla Strachan, jeune mère divorcée engagée par les services de renseignement sud-africains, qui va se retrouver propulsée au milieu d'un écheveau mélant trafic d'armes, trafic de diamants, islamisme et guerre de gangs. D'abord frêle et fragile, Milla devra prendre des décisions lourdes de conséquences, et accomplira, par là même, des actes extraordinaires. Cette première partie, très documentée et technique, peut paraître froide et un peu longue, mais si l'on se donne la peine, on a vraiment l'impression de pénétrer le quotidien d'un service de renseignement. C'est, en cela, très informatif mais un peu trop descriptif.
Avec le Livre 2, on change totalement de décor et de style. Nous partons au fin fond de l'Afrique de Sud et faisons la connaissance de Lemmer, chargé de protéger un convoi d'un camion allant chercher des rhinocéros à la frontière du Zimbabwe. Véritable road-movie à travers le bush, cette deuxième partie met en lumière les ravages du braconnage et les liens étroits et ambigus entre l'Afrique du Sud et le dictateur zimbabwéen Robert Mugabe (Affaire des Diamants de sang). Moins informatif, le livre 2 est beaucoup plus efficace et nous fait voir du pays avec de somptueuses descriptions de paysages de brousse. Il nous fait apparaître aussi un Lemmer que je qualifierais de samouraî, avec son code d'honneur auquel il ne doit pas déroger.
Le livre 3 revient sur Milla et pointe le caractère opportuniste, impitoyable, manipulateur et inhumain (au nom d'une hypothétique raison d'Etat) des services de renseignement qui utilisent Milla comme un pion pour débusquer un réseau terroriste. Ce troisième livre, très acerbe dans son mode de fonctionnement, n'épargne personne, à commencer par la CIA. Tout le monde en prend pour son grade. Un peu facile et gauchisant, me direz-vous? Peut-être, mais c'est diablement bien écrit et extrèmement bien vu. Meyer nous dit, à demi-mots, que pour combattre le mal, il faut le connaître et prendre son apparence.
Enfin, le Livre 4 cède la place à Mat Joubert, détective privé humain, naîf et profondément idéaliste. Ce qui commençait par une banale affaire de disparition inexpliquée, et c'est là où Meyer réussit un tour de force, va se révéler être une affaire beaucoup plus importante qui va réunir tous les ingrédients des trois livres précédents.
Mais attention, soyez bien attentif, car toutes les ramifications du récit sont nombreuses et compliquées. Malgré quelques longueurs, il se dégage de ce roman une certaine virtuosité.
Bref, un roman-chorale à trois voix, érudit, ambitieux, et finalement très abouti.

20 juin 2013
Danièle Bouin

Deon Meyer est en forme. Dans ce gros roman, il y en 3 en réalité (d’ailleurs, il est divisé en 4 Livres, deux ayant trait au même personnage). Il faut toute l’habileté de l’auteur pour nouer de façon ténue tout d’abord, les liens entre les différents livres. Le livre 1 présente l’histoire de Milla, une femme d’une quarantaine d’années, qui décide de prendre sa vie en main. Elle est très attachante dans ses hésitations, ses difficultés à rompre avec sa vie de femme de la petite bourgeoisie. Le travail qu’elle trouve fait entrer le lecteur dans le monde des services de renseignements, sur toile de fond de terrorisme islamiste. Le livre 2 nous raconte l’histoire d’un trafic de rhinocéros du Zimbabwe vers une ferme d’ Afrique du sud. C’est l’homme chargé d’assurer la sécurité du transport qui raconte à la première personne . C’est un personnage déjà connu dans l’univers de D.Meyer : Lemmer, un garde du corps très spécial. La jeune femme qui fait office de vétérinaire est bien étrange elle aussi. Ce livre expose la porosité des frontières entre les états du sud de l’ Afrique, les nombreux trafics qui s’y déroulent , les intérêts des gangs, de certains dictateurs ; bref c’est un petit résumé du monde politico-mafieux de la région. Le livre 3 nous ramène à Milla et à la façon dont les services de renseignements fonctionnent, avec leur jeu, leurs manipulations , mais aussi la pression ressentie en cas de menace d’attentat. Milla voit sa vie prendre des allures d’héroïne de roman d’aventure, avec tous les dangers que cela comporte. Le livre 4 semble au départ un peu plaqué artificiellement ; on y retrouve Matt Joubert, autre personnage de D.Meyer , ex-policier devenu privé… Son enquête est plus classique et ce n’est que vers la fin que le puzzle commencé avec les autres livres, se complète. On pressent d’ailleurs qu’il y aura une suite à ce roman.
C’est un roman foisonnant avec des personnages qui ne veulent pas laisser de trace, avec celles que les enquêteurs découvrent. C’est aussi une peinture de la société de l’ Afrique du sud, qui n’est pas encore guérie de ses blessures de l’ apartheid, où les inégalités sociales sont criantes, entre les riches blancs et la misère qui perdure , où se développe la violence des gangs, mais aussi celle de l’état à travers sa police et ses services secrets.

 

Donnez votre avis!


Vous avez des avis, remarques, ou des envies pour améliorer notre nouveau site Lecerclepoints.com ?

 

Contactez-nous