Les Secrets de Bent Road de Lori Roy

7,6€ // 384 pages
Paru le 08/01/2015
EAN : 9782757838877

Les Secrets de Bent Road

Lori Roy

Policiers, thrillers & romans noirs

Partagez :

Detroit lui semble tellement loin déjà… En venant s'installer au Kansas, dans la ferme familiale que son mari a quitté vingt ans plus tôt, Celia savait que leur vie ne serait plus la même. Mais elle ne pouvait imaginer le poids que le passé ferait peser sur elle et leurs enfants. Elle ne pouvait imaginer qu'à Bent Road même le silence aurait le goût âcre des éternels regrets.



« Les portes de l'enfer sont larges, lance le père Flannery. Bien plus larges que celles du paradis. »


Lori Roy est née et a grandi au Kansas. Les Secrets de Bent Road est son premier roman. Il a été couronné par le prestigieux Edgar Award en 2012.



« Lori Roy réussit un sombre prodige : transformer l'immense plat pays du Midwest en un enfer étriqué et étouffant. »

Le Figaro Magazine



Traduit de l'anglais (États-Unis) par Valérie Bourgeois

Tous les titres du même auteur
 

Commentaires

16 octobre 2015
Diane Brulotte

Un premier roman, vraiment ? Il s'agit d'un vrai drame, intelligent, sensible, bien bâti. Fallait-il que la situation sociale à Détroit soit pénible pour que le héros décide de retourner dans son patelin natal au sein d'une famille tourmentée dont les secrets du passé sont restés non résolus. Lori Roy nous présente des personnages complexes et crédibles aux prises avec leurs tourments personnels et collectifs. Une collectivité aux règles oppressantes dont les tabous confinent à la soumission et au silence. La solitude de l'exclusion peut y est étouffante et la solidarité une condition de survie. La jeune morte du passé empoisonne et emprisonne l'existence des vivants, hier comme aujourd'hui. Tout doit pourtant se délier, parce que la vie doit trouver son chemin. Mais, bien sûr, la délivrance n'est pas sans conséquences. Un roman noir et poignant bénéficiant d'une bonne traduction, respectant minimalement la culture de l'amérique profonde dans laquelle baigne cette histoire.

2 octobre 2015
Stéphanie Grand

Une plongée au cœur du Kansas, dans un monde plein de non-dits qui mènent à de plus grands malheurs encore que si les choses, quoique difficiles, avaient été énoncées.

Bien écrit et bien traduit, ce roman autour du thème de la disparition m’a relativement plu même s’il ne s’agit pas d’un polar à proprement parler. Ce que lui manque entre autres comme ingrédients essentiels à un roman noir : un rythme plus soutenu et un suspense qui ne se relâche pas.

« Les secrets de Bent Road » est presque contemplatif par moments et même si les émotions des personnages sont bien rendues, je lui ai trouvé des longueurs.
Le roman a reçu l’ « Edgar Award » du meilleur roman policier en 2012, c’est donc peut-être moi qui me montre difficile.
A essayer donc, car les perceptions des différents lecteurs sont assez variables : fiez-vous à vous !

24 septembre 2015
Jocelyne Fonlupt

La famille d’Arthur Scott revient au Kansas après vingt ans passés à Detroit. Il y a Arthur, le père, Célia, la mère, et leurs trois enfants. Ils retrouvent le reste de la famille et le poids d’un secret lié à Eve, la sœur morte d’Arthur, qui pèse sur tout le roman. « Par souci des convenances, il vaut mieux que certaines choses soient murmurées. » Tout est dans cette phrase. Ce secret, tout comme l’emprise qu’exerce la religion au travers du père Flannery, pourrit les relations entre les protagonistes. Même les enfants du village s’en mêlent. Toute la cruauté du monde rural à l’œuvre.

Lory Roy nous livre là une chronique naturaliste attachante et fort bien écrite. Mais l’intrigue policière y est ténue, inexistante même. Un excellent roman, pas un polar.

10 août 2015
Josée Plourde

Lori Roy nous offre une chronique pleine d'empathie pour une famille de Detroit qui va s'enterrer au Kensas en pleine campagne dans le patelin d'origine du père. Plusieurs mystères planent et peut-être planent-ils trop longtemps avant de fondre sur nous. Aussi, avons-nous l'impression de tourner autour de ces personnages sans les appréhender tout à fait. Les clés ne sont pas toutes offertes pour nous permettre de nous accrocher à cette histoire. Je me suis un peu fait tirer l'oreille car le dénouement se télescope dans les dernières pages. On voit un peu trop les ficelles. Tout de même, il y a de l'idée dans ce roman. Attendons le prochain opus de l'auteur. Je soupçonne la traduction de ne pas avoir tout à fait rendu service à l'auteur. Un soupçon dans un polar, c'est de bon ton, non?

3 août 2015
Pascale AM

Fin des années 60 : les Scott quittent Detroit pour retourner, dans le Kansas, sur les terres familiales du père, Arthur. Sa femme Celia ne se réjouit pas du tout à l’idée de s’enterrer dans un trou et les trois enfants suivent : Elaine l’aînée, Daniel et la petite Evie. Ils emménagent non loin de chez Reesa, la mère d’Arthur et de Ruth, la sœur d’Arthur et de son mari Ray. On découvre qu'il y avait aussi une autre sœur, Eve, morte vingt-cinq ans auparavant.

Peu après l’arrivée des Scott, la jeune Julianne Robison disparait. Tout le monde participe aux recherches, en vain. Et tout le monde pense que Ray l’a enlevée et tuée, comme il l’a jadis fait avec Eve... dit-on. Pourtant Eve était la fiancée de Ray, il l’aimait, elle l’aimait, et elle est morte.

Ce roman n'est pas à proprement parler un Polar... Il y a la disparition de la fillette, dès les premières pages du roman et on ne sait que tard ce qui est arrivé à Eve...
Mais ce qui importe, ce sont les relations des personnages entre eux, comment le passé les lie à travers le désir d’oubli, de pardon, de vengeance...

Tous les personnages sont très justes, très vrais et surtout très fragiles !

L'atmosphère est de plus en plus pesante, de page en page, de plus en plus inquiétante jusqu'aux révélations finales...

Un roman très prenant... Belle découverte !

28 juillet 2015
Jean-Paul Guéry

Detroit, 1967. Effrayé par les émeutes raciales qui secouent la ville, Arthur Scott déménage avec sa femme et ses trois enfants à Bent Road, le petit village du Texas de son enfance qu’il a quitté 20 ans plus tôt après l’assassinat jamais élucidé de sa sœur aînée. Hélas, le poids de ce drame reste vivace et si les acteurs de l’époque ont vieilli, les rancœurs et les secrets pourrissent encore les relations au sein de la famille. La disparition soudaine d’une fillette du coin nourrit de terribles rumeurs et réveille de vieilles tensions. Baignant dans une atmosphère vraiment pesante, ce récit très noir situé dans une communauté rurale américaine des années soixante révèle une romancière très prometteuse.

23 juillet 2015
Bernard GRANJEAN

Ce bouquin possède bien les ingrédients du polar : des cadavres, des suspects, des enquêteurs, des fausses pistes, et ceux du thriller, car malgré une écriture qui prend son temps, et, peut-être, à cause de cette écriture, nous, pauvre lecteur nous tournons vite les pages pour échapper à une atmosphère étouffante et au fantôme d’un improbable tueur en série.
Mais ce roman est beaucoup plus qu’un polar. Lori Roy dépeint un pays âpre, plein de « bruit et de fureur », violent, propice aux drames familiaux. On pense à la fois à Faulkner et à Emily Brontë. Comme dans ces illustres modèles, il s’agit d’une authentique tragédie. Ici, elle a commencé vingt ans auparavant : tout est en place pour mener les protagonistes vers l’issue fatale, expiation nécessaire pour envisager un nouveau départ. Ce roman retrace le chemin cathartique que cette famille doit suivre pour espérer un avenir meilleur, lavé de la malédiction et du poids du passé, libérée des secrets qu’une société refermée sur elle-même et intoxiquée par une religion culpabilisante se plait à cultiver.
Voilà ! C’est déjà beaucoup pour un polar, mais ce roman est si riche qu’on pourrait l’aborder de bien d’autres façons : du point de vue de Daniel c’est un roman d’apprentissage, de celui de Célia un roman féministe etc. Chaque personnage a son propre trajet et celui des enfants n’est pas le moins prégnant que ce soit Ian le jeune handicapé ou Evie l’innocente fillette qui échappe comme elle peut au monde terrible des adultes.
Ne vous laissez pas influencer par les lecteurs pressés et plongez dans ce récit pour en déguster tous les instants, même les plus anodins en apparence, mais qui sont indispensables à la cohérence de l’ensemble.

21 juillet 2015
Sandrine Bluetit

On est loin du polar humaniste... quelle brochette d'agités du poing et de la gâchette ! Charles Bronson aurait-il parrainé ce roman du fond des limbes ? Mais l'atmosphère est prégnante, rocailleuse, même le mélo et l'érotisme bas-de-gamme n'arrivent pas à la dissiper.

17 juillet 2015
Christine A.

Je me suis retrouvée au cœur d’une famille cachant des secrets les étouffants et contribuant au climat d’insécurité régnant autour d’eux.

L’auteur m’a plongé tour à tour dans les incertitudes de chaque membre de la famille. Celia qui s’inquiète pour ses enfants, son mari et elle-même. Daniel cherchant à tout prix à être enfin considérer comme à un homme aux yeux de son père. La petite Evie hantée par le souvenir de sa tante Eve disparut vingt-cinq plus tôt. Et Ruth, devant faire face à la réalité de sa situation avec l’arrivée de son frère Arthur et sa famille au Kansas.

Dès les premières lignes, j’ai tout de suite sentit cette ambiance oppressante. Cette impression d’étouffer n’a fait qu’augmenter en tournant les pages. La disparition d’une petite fille va ramener dans les esprits un secret de famille dont seul Arthur et sa mère Reesa semble avoir la clé. Célia se sent impuissante face à cette situation et a peur pour sa fille qui ressemble comme deux gouttes d’eau à la disparue.

L’auteur a trouvé le cocktail efficace pour qu’à aucun moment cette oppression ne disparaisse, et à tenir le lecteur entre ses filets. Plus je tournais les pages plus je tentais de comprendre ce secret lié à la mort d’Eve vingt-cinq ans plus tôt. Je voulais aussi comprendre si ce secret était lié à la disparition de cette petite fille qui a tout fait resurgir. Un passé lourd qui hante chacun des personnages.

Un roman avec une intrigue efficace et oppressante. Des personnages mystérieux, des personnes qui essayent de grandir, des personnages devant vivre avec un fantôme du passé qu’ils ne laissent eux même par partir. Le Kansas m’a paru bien sombre avec ce roman...

2 juillet 2015
eirenamg

Ce roman n’est pas réellement un polar, plutôt une histoire de famille qui se déroule dans la campagne du Kansas. La famille d’Arthur Scott vient s’installer auprès de la mère de celui-ci Reesa, de sa sœur Ruth et son beau frère Ray. Ils quittent Détroit pour découvrir une nouvelle vie. La femme d’Arthur Celia n’est pas vraiment convaincue de ce choix, elle a peur de ne pas retrouver sa place dans cette société campagnarde empreinte de religiosité, de secrets passés. Elle espère que sa fille ainée Elaine,son fils Dan jeune garçon fragile et Evie petite fille en mal de croissance trouveront leur place dans cette nouvelle vie à la ferme.

On comprend qu’Arthur n’est pas revenu à la ferme à cause d’un différent avec son père et qu’une de ses sœurs Eve est morte dans d’étranges conditions. L’irruption de la famille dans la petite ville fait remonter le passé car la petite Evie ressemble comme deux gouttes d’eau à sa tante décédée. De même une jeune fillette Julianne disparait mystérieusement peu de temps après l’arrivée de la famille.

L’auteur nous brosse un portrait de la campagne profonde à différentes saisons, de la chaleur à l’hiver glacial avant le retour du printemps et de l’été. La description de la ferme, de la vie de la famille est très présente et donne une atmosphère pesante à l’intrigue. Les personnages cachent tous des blessures et doivent faire face à leurs peurs pour évoluer. On assiste à l’évolution de Dan qui essaye de contenter son père, de devenir un homme comme il le voudrait c’est un des personnages le plus attachant, comme Ruth ou Celia. Les autres personnages m’ont laissé plutôt indifférente. On note le poids des conventions, de la religion, du jugement des autres dans cette petite ville. Enfin le racisme ambiant transparait en filigrane ce qui rend aussi l'athmosphère lourde, comme une sorte de fatalité présente dès l'arrivée étrange de la famille dans sa nouvelle demeure.

Le rythme est relativement lent ce qui m’a gêné par moment et les nombreux détails sont parfois difficile à suivre. J’ai mis du temps à repérer qui et qui, à mémoriser le nom des voisins et leurs liens par exemple. Donc c’est un bon roman sur les secrets de famille mais plutôt à l’ancienne, il n’y a pas un suspense à couper au couteau même si on est surpris par les coupables des deux affaires. Mais finalement le cœur de l’intrigue est ailleurs, elle est plutôt centrée sur la reconstruction d’une famille, au-delà de ses non dits et de son passé. Donc mon avis est plutôt positif sur l’intrigue familiale mais plus nuancé pour le côté polar. Donc si vous voulez vous plongez dans l’univers lent et âpre du Kansas, au creux des secrets de famille, ouvrez ce livre pour vous faire votre avis.

16 juin 2015
Dominique Sudre

C’est un roman d’ambiance familiale, une chronique de la vie, avec ses erreurs et ses regrets, c’est aussi beaucoup plus qu’un thriller. Le côté psychologique, la résilience et le pardon, les secrets et les responsabilités, le refus de voir et dire la vérité sont des éléments importants qui emportent le lecteur au-delà d’une intrigue qui se dévoile doucement. J’ai beaucoup aimé ce livre malgré son atmosphère parfois pesante, et il me semble que c’est aussi ce qui en fait sa réussite.