Une bouche sans personne  de Gilles  Marchand

7,4€ // 264 pages
Paru le 05/10/2017
EAN : 9782757865323

Une bouche sans personne

Gilles Marchand

Littérature

Partagez :

De sa lèvre inférieure au tréfonds de sa chemise, il a une cicatrice qu’il dissimule sous une écharpe. Le jour, il compte et recompte des colonnes de chiffres. La nuit, il retrouve Sam, Thomas et Lisa au café. Ses trois amis ne savent rien de lui. Un soir, il décide d’ôter le cadenas de son armoire à souvenirs. Et de raconter avec fantaisie l’empreinte que l’Histoire a laissée sur son corps…

Gilles Marchand est né en 1976 à Bordeaux. Le Roman de Bolano, coécrit avec Éric Bonnargent, est paru aux éditions du Sonneur. Une bouche sans personne est son premier roman.

« On se laisse prendre au jeu de l’imaginaire délirant du narrateur qui cache un traumatisme douloureux, et on finit par rêver avec lui. »

20 minutes

 

Commentaires

21 janvier 2018
Christine Gazo

J'ai lu ce roman au titre étrange dans le cadre du Prix du Meilleur Roman 2018. J'ai d'emblée été conquise par l'écriture : rythmée, imagée, sensible et fantaisiste.
Le narrateur cache une partie de son visage sous une écharpe, toujours. Et ses amis, ses compagnons de longue date n'ont jamais eu accès à ce que cachent cette écharpe et son propriétaire. Le temps semble venu des confidences...
Le narrateur évoque avant tout et surtout son grand-père, le fameux Pierre-Jean, qui accommode la réalité trop dure, trop sombre en y ajoutant de la poésie et un grain de folie.
Ainsi, au fur et à mesure que notre héros avance dans son histoire, si liée à l'Histoire, le récit se fait de plus en plus loufoque. Il s'agit là de mettre de la fantaisie là où la noirceur est innommable et insoutenable...
On croise donc tout un tas de personnages secondaires piquants (et piqués !!) et on se retrouve dans des situations rocambolesques et allégoriques ...
Jusqu'à ce que le narrateur parvienne au bout de sa confidence, de ses souvenirs... Jusqu'à ce que ce titre étrange fasse sens...

21 janvier 2018
Virginie D. Vertigo

Un bar en 1988. Le narrateur, dont on ne connaîtra jamais le nom, vient boire son café allongé de whisky comme tous les soirs. Il y retrouve Lisa, la serveuse qu’il aime en secret mais aussi Thomas et Sam, des habitués comme lui. Le narrateur porte systématiquement une écharpe pour cacher une grande cicatrice. Un soir, le café se renverse sur le foulard : c’est le début d’une mise à nu progressive du narrateur, de son histoire et de celle de son grand-père Pierre-Jean.
Gilles Marchand nous embarque dans un récit qui mêle avec talent le conte, la triste réalité, l’absurde, le burlesque. L’écriture est précise, tendre tout en étant volubile. Nous avons un tunnel de sacs-poubelles, un éléphant, la femme au chien ou les lettres de la mère de Sam pourtant décédée : le réalisme magique permet à l’auteur d’aborder un sujet historique marquant et les blessures physiques et psychologiques du narrateur mais aussi des autres personnages.
Une pépite qui fait un bien fou malgré les thèmes graves et donne envie de boire nous aussi un whisky en compagnie de ces personnages attachants.

 

À la une sur le cercle Points

Prix du Meilleur Roman

Sélection 2018

Sélection du Prix du Meilleur Roman des lecteurs de Points

Donnez votre avis!


Vous avez des avis, remarques, ou des envies pour améliorer notre nouveau site Lecerclepoints.com ?

 

Contactez-nous